Festival des arts baga: une dynamique pour revaloriser le patrimoine culturel du littoral

Art & Culture

En prélude de la 5ème édition du festival des arts Baga et danse D'mba qui se tiendra à Monchon dans la Préfecture de Boffa les 11 et 12 février 2023, le collectif pour la promotion du patrimoine culturel et artistique baga (Fesr-Arts Nd'mba), structure organisatrice de l'événement a animé le weekend dernier une conférence à Conakry.

Le directeur de communication du collectif, Dinah Salifou Soumah rectifiant la prononciation du masque D'mba qui est symbole de fécondité chez les baga et non nimba qui est une montagne, a planté le décor: «  Il s'agit de jeter une lumière sur le festival des arts baga et danse d'mba qui sera placé sous le thème: « Le patrimoine culturel et le vivre ensemble des communautés ».

Cela devra permettre non seulement de revaloriser la culture et des moeurs baga, mais également faire connaître ladite culture par les autres communautés au niveau national, continental et mondial.

Le président du Fest-Arts D'mba, Jean Réné Douba Camara  est revenu sur les missions de sa structure qui, selon lui, consiste à faire la promotion du patrimoine culturel et artistique guinéen du bagataye. Un collectif qui existe sur le terrain depuis 10 ans et qui travaille d'arrache pieds pour donner un souffle nouveau en matière de revalorisation de la culture et des moeurs de l'entité : « A chaque édition, nous travaillons dans le domaine de la préservation du patrimoine à travers des stratégies permettant de mobiliser les oeuvres d'art et autres objets culturels abandonnés ou en dégradation dans les villes, villages et districts du littoral. Également la revalorisation et la promotion du patrimoine baga à travers des actions concrètes et pérennes » indique M. Réné.

Cela, pour permettre de marquer avec des traces indélébiles, le passage du festival dans chaque village qui accueille une édition.

 Camara a également fait cas des résultats souhaités par son ONG: « C'est des rencontres directes avec les populations, faire des collectes, restaurer les objets d'arts, organiser des séries de sensibilisation et des  séances d'informations des populations sur la nécessité de préserver notre patrimoine culturel et artistique, la revalorisation de la culture baga, les oeuvres sociales et artistiques à réaliser partout où le collectif passera, la construction des musées pour la préservation et l'exposition de la culture baga; la construction des latrines communautaires dans les îles pour préserver la santé des riverains, la construction des écoles de seconde chance pour les jeunes filles pour se ressourcer sur des programmes scolaires et la pratique des métiers» précise Jean Réné.

Au titre de cette 5ème édition, la structure compte œuvrer pour donner un cachet particulier à la cérémonie.

 

Sékouba Kourouma