Habitat: les états généraux du foncier guinéen lancés

Faits divers

Les travaux des états généraux du foncier guinéen ont été lancés ce lundi, 14 novembre 2022 à Conakry.Durant quatre jours (14 au 17), les participants au nombre d'environ 300 issus de toutes couches sociales de la nation, ainsi que des experts internationaux identifiés et spécialistes des questions foncières, des représentants des services techniques des différents departements ministériels, des partenaires techniques et financiers vont passer en revue I'essentiel de la problématique de la gouvernance foncière en Guinée. Cette démarche vise à faire des propositions d'amélioration du système foncier en Guinée.C'est le premier ministre, chef du gouvernement, Dr. Bernard Goumou a qui a présidé la cérémonie.  

 

A cette occasion, le ministre de l'Urbanisme, de l'habitat et de l'Aménagement du Territoire, Colonel Ibrahima Bangoura est revenu sur le but de ces quatre jours d'échanges. Pour colonel Bangoura ladite rencontre vise à mettre un terme à toutes les anarchies constatées dans la gestion du foncier dans notre pays. Cela, appliquant strictement les textes de loi élaborés par les autorités guinéennes. 

 

Le porte-parole de la société civile et des organisations paysannes, Macky Bah a réaffirmé l'engagement de ces entités à consolider cette dynamique de collaboration au niveau local et national  département de tutelle.

 

Le représentant pays de la FAO, Gualbert Gbéhounou a précisé que pour répondre aux défis de la gouvernance foncière que les membres du comité de la sécurité alimentaire ont adopté le 11 mai 2012, les directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres.

Selon lui, la FAO accompagne la préparation des états généraux du foncier en Guinée depuis 2018 à travers sa collaboration avec l'ONG ACCOR et d'autres partenaires. Cela, pour formuler des recommandations qui permettent à la Guinée de faire une réforme foncière inclusive.

En procédant au lancement officiel des travaux, le premier ministre, chef du gouvernement, Dr. Bernard Goumou a pointé du doigt sur la faiblesse de certaines autorités africaines en matière de gestion du foncier.

« En Afrique, la faiblesse des États dans la gouvernance de ce secteur est à l'origine de nombreuses crises et conflits entre les communautés. En Guinée, près de 70% des conflits devant nos cours et tribunaux sont consacrés aux litiges fonciers. Parce que notre registre foncier est en panne, plus de 25% des parcelles et des domaines fonciers ont un titre. La situation est d'autant plus critique que la pression sur le foncier urbain, rural et maritime et de domaines publics (...) ». 

Il est donc dit-il primordial qu'un état des lieux et une analyse objective de la situation foncière en Guinée soient faits en vue de formuler des recommandations dont la mise en œuvre permettra à tous d'avoir accès à un foncier sécurisé.

 

 N.M.Soumah